Photo PostTweet thisShare on Facebook


stoneponi:

New Order : Promo poster : 1983 

stoneponi:

New Order : Promo poster : 1983 

Reblogged from stoneponi

 New Order  factory records  factus  power corruption and lies  1981-1982  blue monday 
 24,937 notes
Comments


Text PostTweet thisShare on Facebook


A Certain Ratio reprend Shack Up

Pendant longtemps, A Certain Ratio fut l’une des formations les plus injustement mésestimées de la vague post-punk britannique, avant d’être en partie réhabilitée par le label “archiviste” Soul Jazz (avec entre autres la parution en 2002 d’une compilation exemplaire, Early), et ce malgré une “apparition” caricaturale dans le film 24 Hour Party People.

Certes, le groupe s’est un moment fourvoyé, en particulier après la “retraite” du chanteur-trompettiste Simon Topping en 1983, jamais remis du suicide de son ami Ian Curtis, qu’il avait même suppléé lors d’un concert où ce dernier fut victime d’une de ses crises d’épilepsie. À la fin des années 1970, ACR est d’ailleurs parmi les rares prétendants à pouvoir rivaliser avec Joy Division, en particulier avec l’arrivée, après la sortie d’un premier single au titre prémonitoire (All Night Party, en mai 1979) du batteur Donald Johnson, un fan de Funkadelic qui ajoutera une touche funk, dense et implacable à une musique d’une rare noirceur.

Avec son look improbable façonné par feu Tony Wilson – shorts kaki et chemises militaires, faux bronzage et cheveux coupés courts –, ses concerts à haute teneur expérimentale, le quintette prend un malin plaisir à désarçonner un public pas encore habitué, alors, à danser dans des salles réservées au rock.

Comme (presque) tout le monde le sait aujourd’hui, Shack Up est une reprise. Une reprise osée, tant, malgré une scène qui commence à faire voler en éclats toutes les barrières (The Pop Group à Bristol, The Slits et PIL à Londres, Gang of 4 à Leeds), personne ne pouvait imaginer qu’une formation issue indirectement de la scène punk s’attaquerait à un morceau funk des seventies, conçu par Banbarra.

 Shack Up, porté par une guitare convulsive, va devenir la première référence (en lieu et place d’un mini-LP live de Joy Division, qui ne verra jamais le jour pour les raisons que l’on sait) de l’antenne continentale de Factory, baptisée Factory Benelux et dirigée depuis Bruxelles par le dénommé Michel Duval, déjà à la tête des indispensables Disques Du Crépuscule.

Pour ACR, ce single aurait dû signifier l’aube d’une carrière à nulle autre pareille, alors que le groupe émerveille la côte Est des États-Unis, est approché par Grace Jones et offre ses premières parties à une jeune débutante nommée Madonna. Il “ne” sera malheureusement “que” l’anticipation du son Madchester sur lequel le monde entier s’extasiera. Avec quelque dix ans d’avance.

Comments


Video PostTweet thisShare on Facebook


Madchester en 1975. 

Banbarra chante Shack Up

Comments


Video PostTweet thisShare on Facebook


The FAC: ABC little book – an absolute cool thing

Comments


Photo PostTweet thisShare on Facebook


japanese-forms:

Robert Smith on Joy Division’s ‘Eternal.’
source & ©BrainDamage

japanese-forms:

Robert Smith on Joy Division’s ‘Eternal.’

source & ©BrainDamage

Reblogged from japanese-forms

 robert smith  the cure  Joy Division  the eternal  factory records 
 17 notes
Comments


About

"I don't think you cannot be anything but subjective about Pop. As soon as you try and be objective […], you find you are talking about music" Alistair Fitchett

Tweets

    Stuff I like

    See more stuff I like
     

    the perfect kiss is powered by the Spartan Tumblr theme by r3ginald.