Video PostTweet thisShare on Facebook


Dans le Rock and Folk de ce mois-ci, j’ai écrit sur Donovan Blanc – dont le premier album paraît chez Captured Tracks. J’en dis à peu près ceci. Mais je crois que ça vaut beaucoup mieux – ils sont rares les disques qui se bonifient écoute après écoute, ces derniers temps.

Sur la photo de presse – en noir et blanc, mais pouvait-il en être autrement ? –, ils portent des frusques à jouer dans le Velvet Underground du premier album, mais ont des têtes à appartenir à celui du troisième LP – cette formation apaisée à la recherche la rédemption. Des indices ? Sans doute.

Le visage pâle et le regard un peu las, Joseph Black et Raymond Schwab ont sacrifié en 2013 leur groupe Honeydrum – auteur d’une pop lo-fi bricolée disséminée sur neuf singles et une compilation… cassette – pour mieux renaître sous le nom trompeur de Donovan Blanc – prononcez Blan-que.

Depuis leur New Jersey natal, ces deux Américains offrent désormais des compositions aux allures de classiques et aux effluves vintage. Dans cette bande-originale quasi-fantasmée pour petits matins apaisés – ou crépuscules rougeoyants, selon l’humeur –, il est souvent question de jeunes femmes au teint qu’on imagine diaphane (elles se prénomment Donna, Traci ou Veronica) et le disque s’impose avec désinvolture dans votre quotidien, laissant échapper, entre arpèges scintillants et orgue caressant, un romantisme au charme désuet.

De clins d’œil à l’accent brésilien d’Os Mutantes (le titre Minha Menina et sa légèreté psychédélique) en accolades à la pop ligne claire britannique du début des années 80 (Felt, bien sûr, l’école écossaise du label Postcard) sur nombre de ritournelles immaculées, le tandem signe de ces chansons qui font accélérer les battements du cœur, à l’instar des mélodies virevoltantes d’Hungry A Long Time ou Without A Thing To Doubt, des courbes lascives de Girlfriend ou des embruns nostalgiques de That Summer Ago. En douze titres élégants, Donovan Blanc s’amuse à suspendre le temps. Profitons-en.

Comments


Video PostTweet thisShare on Facebook


Great pop moments I lived – part 1

 felt  crépuscule  moose  Memoryhouse 
 1 note
Comments


Comments


Video PostTweet thisShare on Facebook


feltadeclaration:

En 1985, Felt tocó en directo en Barcelona. Aquí viene el mitico concierto – todavía, no se sabe donde estaba el bajista Marco Thomas esta noche… –, captado pour un programa catalan, Estoc de Pop.

Aquel concierto marcó la historia del grupo ya que, según la leyenda, el guitarra Maurice Deebank encontró en esta ocasión a una chica española y decidió quedarse en Barcelona… Nunca volvió a tocar con Felt. 

SETLIST
Roman Litter / Ballad of the Band (WITH MAURICE!) / The Stagnant Pool / Cathedral / Sunlight Bathed the Golden Glow / Whirlpool Vision Of Shame

Comments


Video PostTweet thisShare on Facebook


Real Estate chante Talking Backwards

Comments


About

"I don't think you cannot be anything but subjective about Pop. As soon as you try and be objective […], you find you are talking about music" Alistair Fitchett

Tweets

     

    the perfect kiss is powered by the Spartan Tumblr theme by r3ginald.